mardi 2 novembre 2021

L'intravision et la supervision pour veiller à rester dans les clous

La pratique de la thérapie familiale systémique s'apparente au métier de psychologue. Celui-ci est encadré par un code de déontologie, où formation continue et supervision sont requises. "Dans l’exercice de sa profession, le psychologue maintient ses compétences et sa qualification professionnelles à un haut niveau en les réactualisant par une formation interdisciplinaire continue et éclairée, qui tient compte des plus récents développements de la psychologie, ainsi que par une réflexion sur son implication personnelle dans la compréhension du comportement d’autrui." Ainsi, je consacre du temps, en dehors de mes consultations au cabinet, pour ma formation continue et ma supervision. La formation continue, vous connaissez. La supervision ? peut-être moins. Quand on travaille avec soi-même, quand le seul outil dont on dispose est soi-même; il est important de prendre le temps d'affuter cet outil, de voir s'il ne se rouille pas ... s'il ne se décale pas, bref s'il reste cohérent, centré, et bien réglé. Comment peut-on faire ça ? En organisant des séances de travail avec un "superviseur" ou avec un groupe d'"intravision". ---------------------------------------------------------------------------------- Dans mon cas, je rencontre régulièrement un groupe de pairs, de thérapeutes familiaux, avec qui je peux échanger sur des situations - des "cas" diriez-vous. Imaginez par exemple que je ressente des difficultés dans l'accompagnement d'une famille X. Je vais pouvoir lors de la séance d'intravision raconter ce qui me pose problème. Les réactions et les avis de mes consoeurs et confrères vont me permettre de dénouer des noeuds, et aussi d'identifier si mes difficultés ont quelque chose à voir avec "mon implication personnelle". ça serait par exemple que l'histoire de cette famille X entre en résonance avec ma propre histoire de famille, et ce, de façon douloureuse, sans que je ne m'en sois aperçue. ------------------------------------------------------------- Dans cette "intravision", les mêmes personnes - ou presque - se réunissent depuis 2015, ce qui nous permet d'avoir une réelle atmosphère de confiance, de bienveillance et de bien progresser ensemble. Ensuite, ce groupe est supervisé par Yveline Rey, psychologue clinicienne et thérapeute familiale, pionnière de l'approche systémique en France. C'est un grand plaisir, et une grande richesse de pouvoir bénéficier de sa grande expérience et son intérêt toujours aussi vif pour les sujets présentés. Ce travail d'équipe fait que même si je suis seule au cabinet, je suis entourée "symboliquement" de ces praticien.n.e.s, et cela m'apporte beaucoup. Je suis convaincue que cela apporte aussi à mes client.e.s car ma posture d'accompagnante s'en trouve enrichie et renforcée.

jeudi 30 septembre 2021

Le conte de Wako

9 minutes pour écouter un conte... qui a l'air bien doux comme ça, mais pas sûr que la suite soit celle d'une Happy End à la Walt Disney. Bonne écoute ! https://youtu.be/_Ipf3F_-aD8

lundi 27 septembre 2021

Un bel espace de rencontres et d'enseignement

Ce colloque fait partie des journées qui ressourcent et qui permettent d'avancer, et d'accompagner mieux celles et ceux qui nous font confiance en venant nous voir. Un plaisir et une fierté de partager "la scène" avec Michel Delage, Jean-Paul Mugnier (mon ancien formateur), mes collègues Céline Paris-Zapata, Elodie Verdier, Laetitia Cosse.

mercredi 8 septembre 2021

En présenciel ou en ligne le Colloque du CERAS de Nouvelle-Aquitaine le 25 septembre 2021

Reporté en 2020, c'est avec grand plaisir que nous organisons cettre rencontre à Anglet avec des prestigieux invités comme Michel Delage, dont les livres sur l'attachement font référence, et Jean-Paul Mugnier, qui a été mon formateur à l'Institut d'Etudes Systémiques qu'il dirige. Il nous éclairera sur les enjeux systémiques autour du placement des enfants. Et l'après-midi mes collègues Elodie Verdier et Céline Paris-Zapata retraceront leurs expériences créatives en EPHAD,l'une avec un projet artistique et thérapeutique co-construit avec une artiste, et les résidents bien sûr, et l'autre autour du blason systémique. Enfin, moi-même j'interviendrais sur mon utilisation d'un conte systémique auprès des personnes migrantes à Bayonne. Laetitia Cosse apportera également son regard sur cette expérience de terrain (ci-dessous photo de Mathieu Prat au centre Pausa à Bayonne)
Pour s'inscrire aller sur www.cerasaquitaine.org. Inscription 50 euros - 9h/17h

mardi 7 septembre 2021

Mon cabinet : rue des tourterelles

Trop de la chance, diraient les jeunes. Quoi donc ? Avoir son cabinet dans la rue des Tourterelles pour une thérapeute de couple et de la famille. Les moeurs de ces volatiles correspondent bien à l’idée que je me fais d’une famille fonctionnelle d’aujourd’hui.Et rien n'empêche d'imaginer la même chose dans un couple qui ne serait pas hétérosexuel. En effet les tourterelles grises vivent souvent en couple, avec le même partenaire pour une grande part de leur vie. Quand il s’agit de s’installer Monsieur recherche et apporte les matériaux pour le nid, et Madame le construit. C’est Madame qui pond les oeufs (généralement deux par couvée), mais l’un et l’autre se relaient pendant 15 à 16 jours pour les couver. La répartition équitable des tâches se poursuit pour le nourrissage des oisillons, assuré aussi bien par le mâle que la femme, avec du « lait de pigeon ». Ce n’est autre que la régurgitation d’une substance nutritive produite dans leur jabot. 19 jours… (au lieu de 19 ans pour la humains), et après cette période, les tourtereaux s’envolent. Mais ils reviennent ! Comme souvent dans les parcours actuels, où les jeunes reviennent au nid dans des périodes de chômage, de doutes… ou de confinement. Ce « come-back » dure une semaine, et les oisillons repartent. Un peu comme s’ils venaient tester le lien d’ « attachement » (au sens des théories de l’attachement, qui définissent les formes de lien primaire dans la petite enfance). Le thérapeute familial argentin Alfredo Canevaro dans « Prendre son envol - Inviter la famille d'origine en thérapie systémique individuelle » paru en 2017, observe une pratique similaire chez les cormorans, grands oiseaux marins. Les jeunes régressent avant de pourvoir réellement prendre leur autonomie … Bon, chez les tourterelles, pas de crise du « nid vide », quand les chambres des ados sont définitivement abandonnées et que les parents ont un peu le coeur lourd…non, ils enchaînent les couvées dans la même année. Et ces piafs là n’ont pas l’air trop versés dans l’art d’être grand-parents ; ce qui constitue quand même une chance d’une belle nouvelle aventure des liens pour nous les humains.
Petit clin d’oeil à mon engagement citoyen de longue date auprès des personnes exilées, et des personnes menacées, évoquer ces oiseaux c’est raconter aussi deux histoires distinctes : celle de la « tourterelle turque », la grise, qui a trouvé sa place parmi nous, et celle de la « tourterelle des bois », oiseau migratoire aux couleurs automnales, en voie de disparition. L’arrivée de la tourterelle turque est l'exemple le plus remarquable de l'expansion d'une espèce à l'échelle du continent européen. Originaire de l'Inde, son aire de répartition s'arrêtait encore au 19e siècle en Turquie où elle était sacrée. Ce n'est qu'à partir du début du 20e siècle que remontant par les Balkans, totalement envahis en 1930, elle a progressivement colonisé d'abord les pays comme l'Autriche, l'Allemagne, puis plus au Nord. Enfin, vient la conquête de l'Ouest avec sa première observation dans l'Est de la France en 1950. Elle n'a atteint l'Andalousie que depuis 1976. Voilà donc un volatile qui a sacrément su s’adapter, en se nourrissant des graines laissées sur le côté par les humains, ou trouvées dans la nature.
Le quartier ayant été bâti dans les années 50, à une époque où la forêt couvrait encore une large part du territoire, il est fort probable que la rue doit son nom à la tourterelle des bois. Et le tableau de Picasso ci-dessus qui date de 1946 ? Mystère. En tout cas, celle des bois est un oiseau migrateur au long cours nous quittant dès la mi-août pour rejoindre le Sahel sénégalais. Il a progressivement disparu de Capbreton, avec la disparition de son habitat. La tourterelle des bois est inscrite sur les listes rouges mondiale et européenne des oiseaux menacés de l’Union internationale de conservation de la nature. Hébergeant 10% de la population reproductrice de l'UE, la France a une responsabilité importante pour la conservation de cette espèce vulnérable. Entre 2001 et 2019, les effectifs français ont diminué de 50% selon le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC), essentiellement en raison de l'agriculture intensive et de la chasse. Ainsi, le gouvernement a voté cette année la suspension de sa chasse jusqu’en 2022. Court répit, que j’espère de nouvelles lois viendront prolonger… Tourterelles des bois et tourterelles des villes caracoulent-t-elles dans la même langue ? Ça nous l’ignorons, en tout cas rue des tourterelles vous pouvez vous exprimer en français, anglais, allemand, et espagnol, différentes langues que mes différents séjours à l'étranger m’ont permis de maîtriser.

jeudi 26 août 2021

Invitation à dire

 Je vous propose ici un long extrait d'un article de la psychologue Elodie Gilliot et du sociologue Vincent Tremblay, paru dans Rhizome en 2021, qui a pour titre "Soutenir la santé mentale par l'écoute". Ces auteurs expriment remarquablement bien tout l'intérêt d'"aller parler à quelqu'un" (dont c'est le métier).

J'ai surligné en gras les parties les plus importantes à mon sens.

"Les invitations à dire (soutenues par le cadre et l’écoute) et à clarifier ou préciser les incompréhensions, les questionnements, les souffrances, les difficultés ou encore les souhaits, désirs et volontés (soutenues par les marqueurs d’intérêt) semblent permettre à la personne concernée de se construire et de se représenter, a minima, ce qui l’a conduit à solliciter une aide, une écoute, professionnelle ou extérieure. La représentation de ce qui est vécu comme une difficulté va permettre à certains individus de la circonscrire. Cela peut avoir pour effet bénéfique de rendre ce problème moins envahissant. Trouver, auprès de l’écoutant, une manière de formuler sa souffrance ou ses difficultés conduit en effet à les situer plus précisément et à leur restaurer une place potentiellement plus ajustée, sans que celles-ci prennent le pas sur l’ensemble de ce que la personne est et vit.

8Exprimer ses difficultés auprès d’un Autre qui écoute peut permettre à la personne de les contextualiser. Cela participe en effet à construire ou restaurer une forme de compréhension de ces difficultés, notamment de leurs origines. L’effort réalisé par l’écouté pour être compris de l’écoutant est mis au service d’une fabrication de sens. (Ré)inscrire les difficultés dans leur contexte d’apparition et leur découvrir une ou des raisons d’être peut contribuer à les normaliser, à les rendre moins étranges voire à les accepter ou leur donner du sens. Si cela ne permet pas en soi de dépasser les souffrances, celles-ci peuvent laisser place à un ressenti plus supportable et moins épuisant pour le sujet, libérant alors potentiellement une énergie ou une disponibilité pouvant être, dès lors, mises au service du cheminement vers le mieux-être.

9Verbaliser sa souffrance — soutenue par l’analyse de la demande ici décryptée dans ses effets — apparaît particulièrement utile pour ceux dont le ressenti initial d’angoisse, d’inquiétude ou de souffrance est diffus, labile, insaisissable et, en cela, bien souvent indicible. La formulation de cette souffrance, même si elle est balbutiante ou laborieuse, va alors permettre de rendre peu à peu ce vécu plus consistant, « palpable », donc a fortiori plus facilement partageable et pourquoi pas, là aussi, plus circonscrit, contextualisé et compréhensible.

10Le temps consacré au « dire et faire dire [6][6]Blanchet, A. (2015). Dire et faire dire. L’entretien (2e éd.).… » est considéré comme essentiel pour que celle-ci puisse s’exprimer de manière plus consciente, au sens de plus maîtrisée. Il n’est pas rare, en effet, d’envisager que dans ce cadre le corps prenne le relais pour exprimer somatiquement ce qui n’a pu se dire autrement."

vendredi 20 août 2021

Changer de parents ? ou changer comme parents ?


Merci aux enfants qui m'ont fait découvrir ce fabuleux livre de Claude Ponti, datant de 2008, de l'Ecole des Loisirs.

Voici un Catalogue de parents pour celles et ceux qui voudraient en changer ! Rien de moins que cela ! En page 44,  l'auteur rassure les utilisateurs du Catalogue : changer de parents ne coûte rien, les parents échangés seront très heureux dans leur nouvel endroit ... et surtout : il est possible de changer d'avis et de récupérer ses anciens parents sans délais ni frais ! La langue de l'auteur foisonne comme à son habitude de néologismes créatifs et de jeux de mots croustillants. 

Je reconnais dans ce florilège de 35 modèles différents les "patterns" des familles que je rencontre. Les familles dans lesquelles je, tu, nous, vous avons grandi. Des versions qui rendent plutôt heureux, et d'autres qui conduisent à des désordres. Heureusement Claude Ponti a prévu des accessoires pour se sortir de l'embarras. Chaque modèle comporte aussi des garanties particulières.

Vous pourriez y reconnaître votre famille, ou la famille dont vous rêvez.

Petite sélection de parents recensés :


Voilà "les enveloppants" (p. 34). "Tenter l'étau !" proclame la légende sous le dessin des deux pieuvres bleues.  "Ce sont des parents qui adorent leurs enfants et qui les serrent très fort et très longtemps contre eux. Leur record de serrage est de 107 ans". Le psychiatre sud-américain S. Minuchin nommait ces familles les "enchevêtrées", c'est à dire des familles dont il est difficile de s'extraire. Le processus d'individuation pour devenir un être singulier en dehors de sa famille relève de l'exploit, car comme l'écrit Ponti ces parents sont "d'un caractère embarrabrassant très unissant". Il en conclu : "ces parents conviennent à un enfant à grande capacité respiratoire". Pour sortir de l'étau, s'équiper surtout des accessoires suivants : "désattachant, crème dérapante, bras artificiels surpuissants avec mains repoussantes".

Les garanties des "enveloppants" : AAP (anti-aquaplaning permanent), PEC (pleurs et chagrins), et PPP (pire panique du pire pourilleux).

Ce n'est guère mieux chez "Les trouillons"(p. 35), verts de trouille...


"Réunis sous un même toit imperméable, les trouillons craignent absolument tout. Ce sont les meilleurs spécialistes mondiaux de l'angoisse aggravante". Pas facile de vivre dans ces familles car "les trouillons sont des parents qui ne permettent rien et qui n'autorisent rien d'autre". 

Ces adultes, par leur peur, compromettent les possibilités d'initiatives personnelles de l'enfant comme l'explique très bien Françoise Dolto dans le "Complexe du homard" (2007). "Pour enfant moqueur" propose Claude Ponti... mais je me demande si l'humour et le second degré suffisent pour échapper à la peur contagieuse des "trouillons".

La richesse du catalogue consiste en l'offre de "nouvelles familles" comme les décrit le psychologue Salvatore D'Amore, dans son ouvrage de 2010  : "L'émergence des nouvelles familles représente l'un des principaux changements démographiques de nos sociétés occidentales. Qu'elles soient monoparentales, recomposées, issues de la médecine, homoparentales, adoptives, immigrées ou interculturelles, ces familles ont longtemps été perçues comme déviantes voire déficitaires par rapport au modèle exclusif et singulier de la famille " traditionnelle ". "

Ici, elles apparaissent joyeusement dans les possibles possibles.


Un beau dessin pour "La Seule !" (p. 29), qui existe aussi en modèle masculin "Le Seul !" (p. 36)

"La Seule ! est une paire de parents à elle toute seule". "Seule par choix ou par accident, elle vit plusieurs vies en même temps". "Modèle robuste et ingénieux, elle a un travail prenant et des fatigues régulières. Ses larges épaules invisibles lui permettent de tout supporter". 

Ce modèle dispose d'une garantie PTT (parent tout terrain) et d'accessoires fort opportuns. J'ai particulièrement apprécié les ressources contenues dans la "septrelle", le "Spectre de femme seule" qu'elle tient dans la main. All included : " Conseils, soutien, confidence, courage. Recettes de famille. Contes et légendes du soir. Réseau de communication avec d'autres parents. Essuie-front. Admiration." Sans oublier le marteau dans une poche et la multi-prise dans l'autre !

Ce parent convient à un "enfant entreprenant". En effet, "avec elle, il faut donc courir, manger, travailler, jouer, rire, aimer, pleurer, chouiner et dormir vite".

Ici l'individuation semble possible, avec notamment l'accessoire adéquat : le "déclencheur d'initiatives personnelles".



Un dessin coloré en double page pour présenter "Les composés" (p. 25), avec pour sous-titre "Plus on est, plus on rit". "Les composés sont agréables à vivre. Il y en a toujours un parmi eux qui a envie de rire. De styles, religions, coutumes, habitudes alimentaires variés, ils permettent à l'enfant subtil d'essayer de nombreuses façons de vivre".

L'enfant qui choisirait ces parents peut aussi commander les accessoires suivants : "cabine d'isolement, ou bien adaptateur pour règles de vie différentes." Mais aussi "cartes et plans de la famille, avec parenté directe, par mariage et divorce, parenté indirecte, secondaire, éloignée, secrète ou inconnue".

Une autre famille des "nouvelles nouveautés" est celle des "Cinq papas" (p. 32), qui existe aussi en version féminine (p. 16). Ils sont cinq mais ils pourraient aussi bien être deux.


"Ces cinq papas font, à tour de rôle, d'excellentes mamans, de merveilleux oncles de velours, des cousins rigolmarants, des nièces adorabisouteuses très douces, et bien sûr de très bons papas".

Leur garantie ? La RTT (rigolmarrade, trichatouillade et tartigolade) bien sûr !

Bref, un livre à découvrir ou à redécouvrir seul.e ou en famille, pour ouvrir des pistes sur sa famille d'origine, ou la famille que l'on a créée. Une lecture avec un enfant peut lui permettre d'énoncer ses ressentis et ses attentes. Un livre jeunesse qui offre une possibilité de changement...

N'est-ce-pas un peu ce que viennent chercher les parents qui osent la thérapie familiale systémique ? Changer en famille, ou autrement dit changer sensiblement dans leur façon d'interagir avec leurs enfants.